Consultation et expertise de l'évaluation de l'impact sur l'éthique de l'IA

Obtenez des informations et des conseils précieux de la part de notre groupe consultatif d’experts sur l’éthique et la gouvernance de l’IA.

Consultation approfondie. Conseils stratégiques.

Revue de l’évaluation de l’impact éthique
Le comité consultatif procédera à une consulation approfondie de l’évaluation de l’impact éthique préparée par votre organisation. Cela garantit une évaluation complète des implications éthiques associées à vos projets d’IA.

Conseils stratégiques sur l’atténuation des risques éthiques
Suivant l’évaluation, notre panel fournira des conseils personnalisés sur la sélection des stratégies les plus appropriées pour atténuer les risques éthiques identifiés. Cette consultation est conçu pour protéger votre organisation contre les pièges éthiques potentiels dans le déploiement des technologies de l’IA.

Membres du groupe consultatif

Avec un parcours rempli de réussites visant à stimuler la croissance commerciale et l’avantage concurrentiel, Sandy Kyriakatos est une leader chevronnée dans le domaine des données et des technologies. Elle a aidé les clients à se concentrer sur l’exploitation de la puissance de leur deuxième actif le plus précieux : les données. Grâce à sa poursuite incessante en matière d’innovation et d’éthique, son mantra est d’utiliser le pouvoir des données pour un usage judicieux. 

Sandy a acquis une expérience approfondie en occupant des postes de direction dans les domaines analytiques et des informations critiques dans les secteurs public et privé. Elle a été la première chef des données au gouvernement du Canada à Emploi et Développement social Canada, ainsi que chef des données à l’Agence des services frontaliers du Canada. Elle a également dirigé les services des données et analyses dans des secteurs verticaux de l’industrie, notamment chez Loyalty One, SAS Canada et Postes Canada.

Lyn Brooks, innovateur en matière d’engagement communautaire et champion de la santé numérique, envisage des coopératives de plateforme conçues pour être accueillantes, inspirer la générosité et agir comme des extensions de notre monde physique interconnecté.

Lyn plaide pour une rampe d’accès à l’écosystème sectoriel qui facilite l’embarquement des communautés et des marchés comme solution aux problèmes de cybersécurité et de diversité, d’équité et d’inclusion dans l’engagement communautaire. L’efficacité, l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique, des pratiques éthiques et de gouvernance saines, ainsi qu’un mélange de collaboration en personne et en ligne sont autant d’éléments qui sous-tendent cette approche.

Il s’identifie comme une personne âgée avec une expérience de vie communautaire et incarne un esprit de connexion, de collaboration, d’inspiration et de différence.

Traduit avec DeepL.com (version gratuite)

Mélissa M’Raidi-Kechichian est une experte en politiques, cadres et réglementation de l’IA basée à Montréal, au Québec. Mélissa est une entrepreneure sociale qui travaille à l’intersection de la démocratie, de la technologie et de l’activisme, en se concentrant sur la façon dont les espaces numériques peuvent être utilisés par les citoyens ordinaires pour apporter des changements significatifs et durables à leur communauté. Auparavant, elle a travaillé dans le domaine des technologies civiques en tant que coordinatrice de projet dans le domaine des données et de la technologie à Open North, dans le domaine de l’identité numérique au Conseil d’identification et d’authentification numérique du Canada en tant que coordinatrice de projet et au Center for AI and Digital Policy en tant que chercheuse, boursière et chef d’équipe. Au cours des cinq dernières années, leurs recherches se sont concentrées sur l’élaboration et la mise en œuvre d’un cadre politique en matière d’IA, l’éthique des recommandations algorithmiques sur les médias sociaux et la confidentialité des données, entre autres sujets.

Entrepreneur chevronné et cadre dans le domaine de la technologie avec plus de 20 ans d’expérience, Paul est largement considéré comme un visionnaire et connu pour sa capacité à identifier les opportunités du marché et à traduire des concepts techniques complexes en solutions pratiques et orientées vers l’entreprise. Son style de leadership se caractérise par l’importance qu’il accorde à l’innovation, à la collaboration et à la réussite des clients. Paul est également reconnu pour sa capacité à constituer et à diriger des équipes performantes et pour son engagement à promouvoir des cultures d’entreprise positives et dynamiques.

Ardent défenseur du travail à distance et du travail hybride, Paul se passionne pour aider les entreprises et les organisations gouvernementales à mettre en œuvre des solutions basées sur le cloud qui favorisent la livraison sécurisée des données et des applications dans les environnements de travail modernes d’aujourd’hui. Il est actuellement PDG de Tehama Technologies, basée à Ottawa, où son expérience et son expertise dans les domaines de la gouvernance des données, de la cybersécurité et de l’informatique en nuage ont contribué à faire de l’entreprise une plateforme de cybersécurité de premier plan pour la fourniture d’un travail hybride et à distance sécurisé. Sous la direction de Paul, Tehama Technologies a aidé de nombreuses organisations à accroître leur efficacité opérationnelle, à réduire les risques de sécurité et à améliorer leur compétitivité globale.

Avant de rejoindre Tehama, Paul était fondateur et PDG de Pythian, un fournisseur de services de gestion de données et d’informatique dématérialisée pour des organisations du monde entier. En dix ans, Paul a fait de Pythian un fournisseur de premier plan de services de gestion de données et l’a aidé à se développer sur de nouveaux marchés et dans de nouvelles zones géographiques. Il a également contribué à faire de Pythian un pionnier dans le domaine de l’informatique en nuage, en aidant les organisations à tirer parti des nombreux avantages liés au déploiement d’applications et de données dans l’informatique en nuage.

Mardi est PDG et cofondatrice de PolyML, une entreprise canadienne d’IA et d’apprentissage automatique en phase de démarrage, dotée d’une technologie novatrice. Dans son rôle, Mardi est responsable de la définition de la stratégie de l’organisation et de l’exécution du plan de croissance. Mardi est reconnue comme une experte dans le domaine de la gouvernance de l’IA, en tant que membre du groupe de travail d’experts de la province de l’Ontario pour un cadre d’IA digne de confiance et membre du groupe consultatif sur l’éthique de l’IA pour le Conseil de la gouvernance numérique du Canada.

Directrice de conseil d’administration avec 20 ans d’expérience dans la gouvernance de conseil d’administration, l’engagement des parties prenantes et la planification stratégique, Mardi écrit également sur les questions politiques liées à l’IA, l’ESG et les défis de l’innovation et de la durabilité dans l’économie numérique. Elle effectue actuellement un second mandat en tant que représentante du public au sein du conseil de Chartered Professional Accountants Ontario (CPA Ontario) et a été présidente du Muskoka Watershed Advisory Group et présidente du conseil d’administration de la KidsAbility Foundation.

Hira est une experte en matière de gouvernance et de supervision de la gestion des risques technologiques dans le secteur des services financiers. Actuellement à la tête de l’équipe de gestion des risques technologiques pour Canada Life, son mandat comprend la cybersécurité, l’IA, la résilience technologique et la surveillance de la conformité réglementaire pour l’ensemble de l’organisation technologique.

Après avoir commencé sa carrière à la Banque Royale du Canada dans le domaine de la finance d’entreprise, elle est entrée dans le monde de la gestion des risques au BSIF. Dirigeant les examens du risque opérationnel dans l’ensemble de l’industrie financière, elle a également assuré la surveillance des cadres de conformité, de crédit et de risque de marché. À la Banque de Montréal, Hira a dirigé l’un des plus importants projets de simplification de la gouvernance et des processus dans le domaine du risque opérationnel de l’entreprise, ce qui a permis de réaliser des gains d’efficacité considérables dans la mise en œuvre du programme RCSA et d’améliorer les rapports sur les risques provenant des RCSA. En passant à Canada Life, elle a approfondi la gestion des risques technologiques et, tout en mettant en œuvre un tout nouveau cadre de gestion des risques technologiques, y compris la gouvernance et les processus à Canada Life, Hira a corédigé la première norme sur la conception et l’utilisation éthiques de l’intelligence artificielle pour le Conseil des normes du DSI (gouvernement du Canada). Elle est ensuite passée à son rôle actuel, qui consiste à diriger l’équipe de surveillance des risques technologiques à la Canada Life pour les portefeuilles d’applications commerciales, numériques et d’infrastructure.

Actuellement, elle termine un certificat en informatique dématérialisée à l’université de York et se prépare à passer l’examen CRISC au printemps.

Cindy Fedell est directrice régionale de l’information dans le système de santé du nord-ouest de l’Ontario. Elle dirige un projet à l’échelle du système visant à transformer la santé et les soins des communautés éloignées, rurales et urbaines grâce à la santé numérique. Auparavant, Cindy était vice-présidente conjointe, responsable de l’information et du numérique aux hôpitaux universitaires de Bradford et à l’hôpital Airedale au Royaume-Uni, où Bradford est devenu l’un des hôpitaux les plus numérisés d’Angleterre. Cindy donne régulièrement des conférences internationales sur la transformation numérique. Elle a été DSI pour la région du West Yorkshire (Royaume-Uni) et a dirigé le Yorkshire Imaging Collaborative. Cindy a travaillé à l’hôpital Mount Sinai de Toronto, où elle a mis en place l’une des premières applications de saisie informatisée des ordonnances au Canada, ainsi que dans d’autres organismes de soins de santé et dans le domaine du conseil en gestion. Cindy est titulaire de certificats de leadership de l’Université de Yale et de l’Université de Toronto, ainsi que de diplômes de l’Université métropolitaine de Toronto et de l’Université Lakehead.

Mark Hobbs est actuellement le PDG de Fundmetric, une entreprise qui met en œuvre l’IA et l’infrastructure de données pour la collecte de fonds dans le secteur de la santé et de l’enseignement supérieur, et a été sélectionné comme l’une des 5 entreprises pour une résidence Google en 2014 au début de l’aventure de l’entreprise. Mark est un leader visionnaire et a été qualifié par le journal national du Canada de “nouvelle sommité de la technologie (non technologique)”. Mark a coécrit plusieurs publications évaluées par des pairs, dont un article pour la conférence de l’International Electrical Engineers (IEEE) et un chapitre de manuel.

Avant de rejoindre Fundmetric, Mark a commencé sa carrière en tant que représentant commercial pour une grande entreprise technologique, où il a été à plusieurs reprises le meilleur vendeur. Il a été partenaire de Denote Communications, une agence de publicité, et a été nommé l’un des 50 meilleurs leaders émergents du Canada atlantique.

Mark a siégé à de nombreux conseils d’administration, dont celui d’une station de radio communautaire locale, et à plusieurs programmes de création d’entreprise dans le Canada atlantique. Il vit à Halifax, en Nouvelle-Écosse, avec son chat Mini.

À l’âge de 24 ans, Victor Beausoleil a cofondé Redemption Reintegration Services, l’un des plus importants programmes de justice pour les jeunes. Redemption Reintegration Services, l’un des plus grands organismes de justice pour les jeunes au Canada. de justice pour les jeunes au Canada. En 2013, Victor Beausoleil a reçu sa première nomination au service par la Première ministre de l’Ontario Kathleen Wynne en tant que membre du PCYO (Premiere of Ontario). en tant que membre du PCYO (Premiere’s Council on Youth Opportunities). Victor a travaillé avec diligence dans les communautés de recherche d’équité au sens large au Canada au cours des dix-neuf dernières années.

En tant que conférencier, Victor Beausoleil a beaucoup voyagé au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Europe. Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Afrique pour donner des conférences à des pour des organisations communautaires, des institutions et des fondations philanthropiques. Victor Beausoleil a été membre du conseil d’administration de l’Atkinson Charitable Atkinson Charitable Foundation, membre du comité d’examen des subventions de la Laidlaw Laidlaw Foundation et du Toronto Community Housing Social Investment Fund.

Victor est actuellement membre du conseil d’administration du Toronto Community Benefits Network, président du conseil d’administration de CCEDnet – le Réseau canadien de développement économique communautaire, membre du comité d’examen des prêts du Fair Finance Fund, membre du comité consultatif de la Table of Impact Investment Practitioners, membre du comité consultatif de New Power Labs, au conseil d’administration de REAC – le Regional Ethno- Advisory Council for Corrections Services Canada, au comité directeur de Catalyst Community Finance Initiative, au conseil d’administration de la Canadian Employee Ownership Coalition, au conseil d’administration du Tribe Network et cofondateur du Canadian Centre for Non-Profit Digital Resilience.

Le Toronto Star, le Toronto Sun, le National Post, Share Newspaper et The Caribbean Camera ont tous souligné le travail de Victor Beausoleil dans les communautés à travers le Canada. Victor Beausoleil est actuellement le fondateur et le directeur exécutif de SETSI – The Social Economy Through Social Inclusion. Victor a écrit treize livres et est l’époux et le père de quatre brillants enfants.

James Hinton est le fondateur d’Own Innovation et un fier partisan des entreprises technologiques canadiennes. En plus d’être avocat spécialisé dans la propriété intellectuelle, il est agent de brevets et de marques auprès de l’Office canadien de la propriété intellectuelle et travaille directement pour des entreprises canadiennes avec l’Office américain des brevets et des marques.

Il est également membre du Centre for International Governance Innovation, où il étudie la politique en matière de propriété intellectuelle et d’innovation. Jim a également une formation en ingénierie mécanique et a travaillé dans la fabrication de poids lourds et la gestion de projets de fibre de verre, avant d’entamer des études de droit. Il est également titulaire d’une licence en ingénierie de l’université McMaster (Go Marauders!) et d’un doctorat en droit de l’université de Toronto.

Jim adore parler de la propriété intellectuelle – il est professeur adjoint à l’Université Western où il enseigne aux ingénieurs tout ce qui concerne la propriété intellectuelle. Il est également un ardent défenseur des services juridiques pro bono (gratuits !) et travaille avec des entrepreneurs au niveau local et national dans des incubateurs et des accélérateurs sur la propriété intellectuelle et la stratégie de propriété intellectuelle. Enfin, il travaille en étroite collaboration avec le Conseil des innovateurs canadiens sur les initiatives du Canada en matière d’innovation et sur la stratégie nationale du Canada en matière de propriété intellectuelle.

Noel Corriveau, B.A., , M.A., J.D., est un avocat chevronné qui se spécialise dans la prestation de conseils juridiques et éthiques sur l’application des technologies émergentes, comme l’intelligence artificielle. Noel a acquis une vaste expérience dans les secteurs privé et public et est un leader reconnu dans la transformation numérique pour améliorer la prestation de services et l’optimisation des processus.

Dans le secteur public, il a travaillé comme avocat au ministère fédéral de la Justice pendant plus de 10 ans et a également été nommé conseiller spécial sur l’intelligence artificielle auprès du directeur général de l’information du Canada.

Dans le secteur privé, il a travaillé comme avocat principal à INQ Law et a servi comme expert en matière de gouvernance de l’IA à Omina AI de Deloitte Canada, où il a conseillé les clients à l’échelle nationale et internationale sur les stratégies de transformation numérique et les meilleures pratiques.

Noel siège au conseil consultatif du Legal Innovation Data Institute, est membre du groupe de travail sur la normalisation de la gouvernance de l’IA et des données du Conseil canadien des normes, et est membre en règle de l’Association du Barreau canadien et du Barreau de l’Ontario.

Katrina Ingram est la fondatrice et la directrice générale d’Ethically Aligned AI, une entreprise dont l’objectif est d’aider les organisations à obtenir de meilleurs résultats dans la conception, le développement et le déploiement de systèmes d’intelligence artificielle. Cadre expérimentée, Katrina a plus de vingt ans d’expérience dans la gestion d’organisations à but non lucratif et d’entreprises dans les secteurs de la technologie et des médias, ainsi que dans le secteur public. Elle est membre de l’association DAMA (professionnels de la gestion des données) et travaille bénévolement pour plusieurs organisations spécialisées dans l’éthique de l’IA. Elle a été nommée sur la liste des 100 femmes brillantes en éthique de l’IA. Katrina est titulaire d’un diplôme de premier cycle en administration des affaires de l’université Simon Fraser, d’un master en communication et technologie de l’université de l’Alberta et d’une certification IAPP (CIPP/C) en matière de protection de la vie privée. Elle combine son amour de l’audio et son intérêt pour l’IA en tant qu’animatrice du podcast AI4Society Dialogues. Katrina a développé le premier micro-crédit en éthique de l’IA au Canada en partenariat avec l’Université d’Athabasca. Elle enseigne actuellement à l’Université de l’Alberta et à l’Université MacEwan en tant qu’instructrice à temps partiel. Elle est membre du comité d’éthique technologique des services de police de Calgary et a récemment été conseillère en éthique des données pour la ville d’Edmonton.

Anthony est actuellement cofondateur et PDG d’OpenRep AI, un outil d’automatisation des flux de travail de marketing numérique alimenté par l’IA. Le fait d’être PDG d’une entreprise de pointe dans le domaine de l’IA lui permet de mettre en pratique les mesures d’éthique et de réduction des risques prônées par le Conseil de la gouvernance numérique !

Anthony est également un professionnel de la sécurité motivé et accompli, qui a fait ses preuves dans la gestion des opérations de sécurité et de la conformité. En tant que responsable des opérations de sécurité et de la conformité chez Chartered Professional Accountants of British Columbia, il dirige une équipe chargée d’élaborer et de mettre en œuvre un programme de sécurité complet. Expert en gestion des fournisseurs, Anthony a le talent d’équilibrer les besoins du personnel de sécurité et des fournisseurs de sécurité afin d’obtenir des résultats optimaux.

Anthony aime également rendre service en enseignant et en dirigeant des programmes universitaires. En tant que responsable des programmes universitaires de cybersécurité à l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), il travaille actuellement à l’élaboration d’une certification professionnelle complète en gestion des programmes de cybersécurité.

Sa passion pour le partage de ses connaissances et de son expertise est également démontrée par son rôle d’instructeur pour la stratégie de cybersécurité et la gestion des risques à l’UBC. En outre, son expertise dans le domaine est reconnue par son poste de concepteur principal du programme d’études pour un diplôme de gouvernance, de risque et de conformité à venir au Vancouver Community College (VCC), où il offre des idées et des conseils précieux pour aider à faire avancer le programme et préparer les étudiants à des carrières fructueuses dans le domaine.

En plus de ses activités professionnelles, Anthony s’est engagé à rendre à la communauté ce qu’elle lui a donné en donnant de son temps et en occupant le poste de président sortant du chapitre de Vancouver de l’ISACA, après avoir assumé les fonctions de président, de vice-président et de directeur de la communication. ISACA Vancouver est la plus grande communauté de cybersécurité de l’ouest du Canada.

Michael a plus de 20 ans d’expérience dans les domaines de la technologie, des données, de l’analyse et de la stratégie au sein d’organisations privées et publiques.

Michael a une grande expérience des postes de direction et soutient continuellement l’industrie des technologies de l’information en tant que leader dans ce domaine. Il a fait ses preuves dans la transformation de systèmes et d’équipes en performances de classe mondiale.

Michael Scarbeau est vice-président, responsable de la transformation et de l’analyse pour HSB Canada. Il est titulaire d’un diplôme de programmation et d’analyse informatique du Seneca College.

En tant que directeur de la science des données du Conseil des technologies de l’information et de la communication (CTIC), Rob dirige une équipe qualifiée de professionnels des données, spécialisée dans l’analyse avancée, les algorithmes d’apprentissage automatique et les visualisations, afin d’améliorer les efforts de recherche du CTIC. En tant que leader d’opinion en matière d’IA, de cybersécurité et d’autres impératifs numériques, Rob apporte plus de 30 ans d’expérience dans l’industrie du logiciel.

Rob a excellé dans des rôles de haut niveau et a partagé ses idées lors d’événements nationaux et internationaux sur les technologies émergentes, l’IA et les données ouvertes dans le gouvernement. Il est titulaire d’une licence en analyse de données de l’Université du Nouveau-Brunswick et d’un MBA de l’Ivey Business School. Grâce à sa vaste expérience, Rob joue un rôle clé dans l’élaboration de l’approche du CTIC en matière d’économie numérique.

Mai est une experte et une conseillère dans le domaine des données, de l’IA appliquée, de la gouvernance des données et de l’IA, des technologies émergentes et de l’innovation.En tant que membre de l’ISED Economic Strategy – Digital Industries Table, elle a dirigé le sous-groupe qui a élaboré la stratégie nationale en matière de données et les recommandations en matière de propriété intellectuelle. Elle a également représenté le Canada aux réunions ministérielles du G7 sur l’IA et l’avenir du travail. Mai a conseillé le groupe de travail sur le numérique et les données de l’Ontario et a coprésidé une initiative sur la gouvernance des données avec le Conseil canadien des normes.Mai est une ingénieure professionnelle agréée, une dirigeante et une entrepreneuse en série qui se concentre sur les applications pratiques et la gouvernance des données et de l’IA dans les entreprises. Mai est diplômée de l’Université de Toronto et Senior Fellow au Centre for International Governance and Innovation (CIGI), un groupe de réflexion. Elle est également conférencière professionnelle sur la technologie et l’innovation.

* Les membres du comité consultatif siègent à titre personnel.

Le processus

Soumettez votre évaluation de l'impact éthique de l'IA dès aujourd'hui!

Foire aux questions

L’objectif du groupe est d’aider les petites et moyennes organisations canadiennes, y compris les startups, à relever les défis éthique de l’IA et garantir des pratiques éthiques tout au long du cycle de vie de l’IA. Le groupe fournira des conseils d’experts sur l’éthique et la gouvernance de l’IA afin d’aider les organisations à prendre des décisions sur la conception et l’utilisation des technologies de l’IA.

Le groupe est composé d’un groupe diversifié d’experts (6 au minimum), y compris, mais sans s’y limiter, des experts universitaires, techniques, industriels, politiques et d’autres experts en la matière ayant une expertise en matière d’éthique de l’IA.

Le groupe comprend des membres dédiés ayant une expertise sectorielle spécifique (par exemple, les services financiers, les soins de santé, la défense) et des membres issus des diverses communautés les plus exposées au risque de préjudice. Les membres du groupe d’experts agissent en tant que personnes compétentes et à titre personnel pour le meilleur intérêt des Canadiens. Ils ne représenteront pas leurs entreprises, organisations ou affiliations professionnelles. Les membres du groupe sont des citoyens canadiens ou des résidents canadiens.

Le Conseil de gouvernance numérique sert de secrétariat au groupe.

Le PDG du Conseil de gouvernance numérique nommera les membres à l’issue d’une procédure de sélection ouverte, transparente et fondée sur le mérite, conçue pour garantir un équilibre en termes d’expertise et de représentation. Les membres sélectionnés confirmeront l’acceptation de leur nomination au secrétariat.

Le groupe se réunira autant que de besoin pour délibérer et préparer un avis assorti de recommandations aux organisations concernant les risques éthiques identifiés et la sélection des options de traitement pour se prémunir contre les risques éthiques identifiés et évalués.

Le rôle et les responsabilités du panel comprennent la révision et la proposition d’évaluations de l’impact éthique préparées par les organisations. Le groupe d’experts donnera des conseils sur le choix des options de procédure afin de protéger les risques éthiques identifiés et évalués par les organisations.

Le rôle du groupe est consultatif et axé sur l’orientation, sans pouvoir de décision. Il se concentre sur les questions éthiques qui dépassent les strictes exigences légales et de conformité et fournit des informations sur demande tout au long du cycle de vie de l’IA.

Le groupe d’experts élabore et maintient une méthodologie de revision qui s’adapte aux progrès de la technologie de l’IA et aux normes éthiques, afin que les organisations soient toujours au fait des derniers développements dans ce domaine. La méthodologie comprendra un modèle délibératif recherchant une multitude de points de vue afin de garantir l’inclusivité.

Le groupe recevra un support du secrétariat via le conseil de gouvernance numérique afin de remplir efficacement ses rôles et responsabilités.

Le Conseil de gouvernance numérique utilise les arènes CODA de CryptoMill (Arènes de discussion orchestrées par les cercles) pour héberger et partager du contenu selon un processus simple, direct, efficace et hautement sécurisé.

Dès que la documentation relative à l’évaluation de l’impact éthique de l’IA est téléversée, toutes les données partagées au sein de la CODA Arena sont immédiatement protégées dès leur réception. CODA protège les données à l’aide d’un cercle de confiance dédié, chacun étant spécifique à l’arène. Cela signifie que tous les messages et les fichiers téléversés sont entièrement cryptés à l’aide de la norme industrielle de cryptage de niveau gouvernemental, AES (Advanced Encryption Standard). Une fois protégées, seuls les membres de l’Arena pourront accéder aux données protégées, même si elles sont téléchargées sur l’appareil d’un participant. CODA applique les restrictions d’accès et l’arène n’autorise l’accès qu’aux utilisateurs accrédités de l’arène/du cercle. Les données étant stockées en toute sécurité, les utilisateurs pourront les consulter aussi longtemps que l’arène sera active. Lorsque le projet ou la tâche est terminé et que la revision des données est achevé, l’arène peut être supprimée et, avec elle, le cercle qui lui est associé. Cette action détruit les clés du cercle et, ce faisant, “efface de manière sécurisée” toutes les données contenues dans l’arène. De plus, ces données désormais effacées seront également supprimées de la base de données de l’Arena, ce qui ne laissera aucune trace de leur existence.

Afin d’aider le groupe à fournir des conseils éclairés, les membres du groupe peuvent recevoir des informations confidentielles. Les membres du panel doivent signer un accord de confidentialité et de non-divulgation avant de participer au panel.

Il est interdit aux membres du groupe de divulguer toute information confidentielle reçue dans le cadre de leur participation au groupe, y compris les informations reçues oralement ou par écrit, par le biais de courriers électroniques, d’appels téléphoniques, de documents imprimés, de discussions lors de réunions, etc. Conflit d’intérêts Les membres du groupe sont tenus de se comporter de manière appropriée et de fournir des conseils exclusivement à titre personnel ; l’utilisation de leur position ne peut être raisonnablement interprétée comme étant destinée à leur profit personnel ou à celui d’une autre personne, société ou organisation.

Les membres du groupe peuvent recevoir des honoraires pour leur temps et leur expertise.

Les membres du groupe sont tenus de se comporter de manière appropriée et de fournir des conseils exclusivement à titre personnel ; l’utilisation de leur position ne peut être raisonnablement interprétée comme étant destinée à leur profit personnel ou à celui d’une autre personne, société ou organisation.

Les membres du groupe sont tenus d’éviter des conflits d’intérêts réels, potentiels ou apparents et de se récuser sur certaines questions, le cas échéant. La récusation d’un membre lors d’une discussion est enregistrée par le secrétariat.

Chaque membre est nommé pour un mandat de deux ans. Le mandat des membres est renouvelable.

Retour en haut

This website uses cookies to improve your experience. By using our website you agree to our Cookie Policy

This website uses cookies to improve your experience. By using our website you agree to our Cookie Policy